Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

ETUDES ET ESSAIS > LES BASIQUES : ART "MULTIMEDIA" > QUELLES SONT LES FORMES DOMINANTES DE L'ART "MULTIMEDIA" ?
   
< - Sommaire - > -    

  
 






Quelles sont les formes dominantes de l'art "multimédia" ?



  • Installations
  • Œuvres écraniques
  • Performance
  • Le "métissage" des formes.

  • Le symbole Ö avant ou après un mot indique un lien vers une autre fiche du module.


     

    Trois figures dominent le champ de l'art "multimédia" : les installations, les œuvres écraniques et les performances.

     
    INSTALLATIONS

    Si tout le monde sait reconnaître une installation, en donner une définition est chose plus ardue. Nous proposons la suivante :

    |||||||||| une installation est une œuvre composée d'éléments hétérogènes liés par une tension dynamique.

    Autrement dit, ce ne sont pas les objets pris isolément qui déterminent l'installation, mais la relation qui s'établit entre eux. C'est pourquoi, même si l'installation comporte des images, ce qui est le plus souvent le cas, celles-ci ne sont pas la finalité de l'œuvre.

    Entre objet et architecture, l'installation est une des nouvelles formes majeures de l'art depuis la seconde moitié du XXe siècle, qu'elle repose ou non sur les technologies contemporaines.

    Au sein des installations d'art technologique, on peut distinguer les "installations-sytèmes de présentation" telles que EVE (Extended Virtual Environment) développée par Jeffrey Shaw et les équipes du ZKM à Karlsruhe et le système CAVE élaboré à l'Electronic Visualization Laboratory de l'Université de l'Illinois à Chicago.

    Ce ne sont pas des œuvres mais des systèmes de présentation dans lesquels des œuvres différentes peuvent être montrées. Ce ne sont pas non plus des espaces indépendants. Même s'ils pourraient s'apparenter aux salles qu'a inventées le cinéma, ils sont néanmoins conçus pour exister dans des bâtiments que l'on imagine difficilement dédiés. EVE, qui est une structure gonflable, peut être installée en extérieur mais les ordinateurs doivent être à l'abri dans du "dur" pour des raisons climatiques et de sécurité évidentes.

    Le système CAVE est aujourd'hui présent dans de très nombreux centres de recherche. Pour ce qui concerne l'art, très peu de CAVE sont ouvertes aux artistes ou dédiés à la création. Mentionnons celles du Centre Ars Electronica (faire une recherche sur "cave" pour obtenir les différents projets), à Linz en Autriche, celle de l'ICC à Tokyo et celle de Chicago qui a une double vocation scientifique et artistique.

     

     


    ŒUVRES ECRANIQUES

    Ce que nous appelons les œuvres "écraniques", c'est-à-dire exigeant un Ö écran d'ordinateur pour être perceptibles, [1] constituent une des "révolutions" les plus importantes dans les formes de l'art depuis la seconde moitié du XXe siècle.

    Avec les œuvres écraniques, l'art fait son entrée dans les foyers au même titre que le livre ou le disque. Nous ne sommes pas naïfs au point de penser qu'il s'agit là d'une large démocratisation. Ce que nous voulons souligner est la notion d'une consommation "privée" de l'art, que celle-ci se déroule à la maison ou dans une médiathèque. Elle devient individuelle, au moment choisi par le public, et non plus soumise à une programmation d'expositions ou de manifestations quelconques ou aux choix d'un commissaire. Cette consommation individualisée est évidemment possible avec la peinture ou la photographie, néanmoins l'investissement financier et surtout culturel est différent. En effet, acheter de l'art exige non seulement un certain budget mais surtout une attitude culturelle et sociale par rapport à l'art, largement inégalitaire. L'acquisition d'un ordinateur se fait pour de multiples raisons, très éloignées de toute pratique artistique. Mais ensuite, cette même "machine" permet d'accéder à l'art et à la création. Avec la peinture, on acquiert une œuvre à la fois, avec un ordinateur, on acquiert, pour le même prix, une "machine à voir des œuvres".

    Par ailleurs, l'écran, de part sa taille et son format, s'inscrit dans une intimité entre l'œuvre et son public. À propos de Beyond Zoe Beloff écrit [2] : "Ce travail est fait spécifiquement pour un public constitué d'une personne. C'est intensément intime" ; espace intime qui, paradoxalement, peut se déployer dans l'espace public du réseau pour nombres d'œuvres sur Internet.

    Pour Lev Manovich,[3] l'écran de l'ordinateur s'inscrit dans un continuum quant à l'existence (ou la représentation) "d'autres mondes" au sein de notre réalité physique. L'écran présente les mêmes caractéristiques que la peinture, la photographie ou le cinéma : un cadre qui délimite deux espaces et le rapport frontal du spectateur "immobilisé" par rapport à l'œuvre.

    Lev Manovich souligne qu'une des différences entre l'écran-tableau/photographie/cinéma et l'écran de l'ordinateur est que le premier représente des événements du passé alors que le second peut incorporer le temps présent, le temps réel.[4]

     

     


    PERFORMANCE

    La Ö performance fait partie des nouvelles formes artistiques apparues dans la seconde moitié du XXe siècle. Tout comme pour les installations, elle n'est pas conditionnée par l'utilisation des technologies contemporaines même si celles-ci ont été un des éléments importants de son développement.

    Aujourd'hui, de manière plus générale, le spectacle vivant (danse, théâtre) incorpore les technologies. Ce domaine déborde du cadre de ces fiches et nous renvoyons les lecteurs intéressés à deux ouvrages qui explorent cette question : Les écrans sur la scène, sous la direction de Béatrice Picon-Valin, Lausanne, L'âge d'homme, 1998 et le numéro 2 de la revue Anomalie sur le thème "Digital Performance", 2002.

     

     


    LE "METISSAGE" DES FORMES

    Des installations qui se retrouvent sur Internet en "version écranique", des performances qui se "compactent" en installations : l'art "multimédia" permet une plasticité des œuvres qui peuvent se décliner sous différentes formes, chacune offrant aux spectateurs une appréhension singulière de celles-ci. C'est ce que l'on a appelé la multimodalité. Un des exemples actuels est le travail de la compagnie Magali et Didier Mulleras qui crée des spectacles de danse et des "miniatures" pour Internet.

     

     
    Sommaire

  • Introduction

  • Qu'est-ce qu'un média ?

  • Qu'est-ce que "l'art des nouveaux médias" ?

  • Quelle est l'histoire de "l'art des nouveaux médias" dans la seconde moitié du XXe siècle ?

  • Média, support, langage, matière : quelle différence ?

  • Le "multimédia" est-il multi média ?

  • Qu'est-ce que l'interactivité ?

  • Qu'est-ce qu'une interface ?

  • Le cyberespace est-il ailleurs ?

  • Quelles sont les formes dominantes de l'art "multimédia" ?

  • Quelles sont les structures d'écriture de l'art "multimédia" ?

  • Ressources sur les cd-roms artistiques

  • Webiographie : information en ligne sur l'art "multimédia" et les sites web artistiques

  • Bibliographies



    © Leonardo/Olats & Annick Bureaud, avril 2004
  •    



    [ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


    Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
    pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
    pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
    Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
    Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.