Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

TRUST ME, I'M AN ARTIST > JOURNAL DE BORD (DIARY) > Oh ça va ! Je ne mords pas ...
< - Sommaire - >    
   



Trust Me, I'm an Artist - Journal de bord (Diary)

Tout au long de ce projet, je vais tenir un journal de bord de ma participation, avec des comptes-rendus des réunions et des rencontres, mais aussi mes réflexions, lectures et interrogations. Annick Bureaud


  • Oh ça va ! Je ne mords pas ...

    Dimanche 19 avril 2015

    Eurostar Londres-Paris : ma voisine s'assied ostensiblement le plus loin possible de moi (ce qui compte-tenu de l'exiguïté du lieu est en soi un exploit) en me regardant de travers. Devant son manège, je pense "oh ça va ! Je ne mords pas". En d'autres circonstances je n'aurais pas porté plus d'attention que ça à cette expression toute faite qui m'était venue à l'esprit. Mais je rentre de Taste of Flesh/Bite Me I'm Yours, la performance de Martin O'Brien.

    D'une durée totale de 3 heures, Taste of Flesh/Bite Me I'm Yours appartient à la catégorie des performances d'endurance. Dans la salle du White Building, une tente rectangulaire en plastique transparent a été érigée. Attaché par une chaîne enroulée au poteau central, l'artiste, à demi nu, a le torse enserré dans une camisole de force et la tête intégralement couverte d'un bonnet de bain vert. Pendant une heure, à genoux, il déroulera la chaîne, trempera sa tête dans un bol de peinture et peindra ainsi sur le sol et les parois une spirale verte. Entourant l'homme nu, le public, revêtu de tabliers en plastique translucide bleu pour protéger ses vêtements, entamera un mouvement circulatoire inverse pour éviter la peinture, l'homme, la chaîne.
    Différentes séquences suivront, comme autant de chapitres ou d'actes d'une dramaturgie, vers la libération finale où, détaché de ses chaînes, il sortira en déchirant la paroi de plastique de la tente. La mucoviscidose dont il est atteint est explicitement constitutive des performances de Martin O'Brien. Ce fut le cas ici où, par des techniques de kinésithérapie, il évacua le mucus de ses poumons que plus tard il intégra à une solution pour en faire des bulles de savon. Mais l'élément central de cette performance -et qui lui donne son titre- est bien ce moment où O'Brien se mit à mordre le public, parfois suffisamment fort pour provoquer des hématomes, avant d'inviter les gens à le mordre en retour. La plupart des personnes se laissèrent mordre et le mordirent à leur tour dans un cérémonial paradoxalement léger et presque ludique où les rires fusaient.

    Martin O'Brien
    Taste of Flesh/Bite Me I'm Yours,
    18 avril 2015, Londres


    Avec Taste of Flesh/Bite Me I'm Yours, Martin O'Brien entendait porter l'attention sur "la peur de la contamination associée au corps malade" et "mettre en lumière l'angoisse aigue récente dans le public à propos des risques d'infection et le regain de la figure du zombie dans la culture populaire". Mordre devenait, symboliquement, franchir la barrière de la peau de l'Autre avec la bouche, zones de l'intime et du je s'il en est.
    Curieusement, malgré la sueur, la toux, la peinture et la poussière, je n'ai éprouvé aucun sentiment de répulsion ou de peur d'une contamination quelconque mais plutôt de brutalité, de violence et de manipulation. Mordre les autres est considéré comme coups et blessures au Royaume-Uni ; plus largement apprendre à ses enfants à ne pas mordre leurs petits camarades fait partie de l'éducation que les parents délivrent à leur progéniture. Accepter d'être mordue, tout comme mordre à son tour, était pour moi se soumettre à une violence, ne pas questionner les règles du jeu, ne pas exercer son autonomie de décision et de sujet alors même que l'artiste, par ses performances, reprend le pouvoir sur son corps, se revendique comme sujet face à la maladie, aux médecins et à la société. J'ai refusé d'être mordue, et pour cela j'ai quitté provisoirement la scène. J'ai refusé de mordre et j'ai répondu par un baiser, sous les côtes, là où rien ne protège les viscères en deçà de la peau. C'était doux et chaud.

    La performance fut suivi d'un panel auquel participaient Karen Lowton (Département de sociologie, université du Sussex), Gianna Bouchard (Département de musique et d'arts de la scène, université Anglia Ruskin), Lois Keidan (Directrice Live Art Development Agency), Bobbie Farsides (école de médecine de Brighton et du Sussex) et d'une discussion avec le public. Il faudrait un article de fonds pour en rendre compte. Je n'évoquerai que quelques points de ma réflexion, nourrie de ces échanges :

    • une performance de la sorte, même si elle est "pour de vrai" (l'artiste se transperce effectivement la lèvre avec une aiguille), est extrêmement scénographiée et relève néanmoins des codes de la représentation, donc d'un certain "pour de faux", rendant précisément les questions éthiques plus complexes.
    • les séquences de morsures furent considérées comme soulevant des questions éthiques mais ne s'agit-il pas plutôt de simples questions de droit et de légalité ? La différence entre légalité et éthique me semble une des questions clés posée par le bioart.
    • la manipulation du public (dans la dynamique de groupe) qui trouvait une incarnation dans la chorégraphie des déplacements imposés par les actions mêmes de l'artiste, le pouvoir et le contrôle de ce dernier, ont été pour moi un point éthique de ce projet.

    Chacun avait la possibilité de partir, de quitter la performance, mais pas celle d'en modifier le cours, ni la structure, ni la nature. Être là -et faire ce qui nous était demandé- peut-il être considéré comme l'équivalent du "consentement éclairé" médical ? Parce que nous sommes dans le cadre d'une performance artistique s'établit-il une confiance tacite entre l'artiste, le public, le/la commissaire sur ce qui peut ou non se passer, sur le fait que nous sommes tous de facto en sécurité ? Trust Me, I'm An Artist ?


    Lucas Evers et Anna Dumitriu
    présentant le projet Trust Me, I'm An Artist

    Jareh Das, commissaire de la performance de Martin O'Brien
    présentant les panelistes du débat.


 
 


   






Creative Europe   Le projet Trust Me, I'm an Artist est soutenu financièrement par le programme Creative Europe de l'Union Européenne.

The Trust Me, I'm an Artist project is supported by funding from the Creative Europe Programme of the European Union.


Le ArtSciLab du département ATEC de l'Université du Texas à Dallas soutient et participe à Trust Me, I'm an Artist par le biais des projets de publication expérimentale des Leonardo Initiatives qui incluent la chaîne Meta-Life sur la plateforme Creative Disturbance associée à Audiolats ainsi que le site web du projet Meta-Life.

The UT Dallas ATEC ArtSciLab supports and participates in the Trust Me, I'm an Artist project through the Leonardo Initiatives projects in Experimental Publishing including the Creative Disturbance platform channel on art and biology associated to Audiolats and the Meta-Life project website.



[ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.