Leonardo On-Line, the website 
of Leonardo/ISAST  Leonardo, the Journal of the International 
Society for the Arts, Sciences and Technology  Leonardo Music 
Journal  Leonardo Electronic 
Almanac: monthly coverage of Internet news and digital media culture  Book Series: 
innovative discourse on art, science and technology topics by 
artists, scientists, researchers and scholars Leonardo Reviews: scholarly reviews of books, exhibitions, CDs, 
journals and conferences  OLATS, 
l'Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences: key works, 
artists, ideas and studies in the field  Leonardo / Activities and Projects  Leonardo / About Us   
 

TRUST ME, I'M AN ARTIST > JOURNAL DE BORD (DIARY) > Des paillettes pour un saumon
< - Sommaire    
   



Trust Me, I'm an Artist - Journal de bord (Diary)

Tout au long de ce projet, je vais tenir un journal de bord de ma participation, avec des comptes-rendus des réunions et des rencontres, mais aussi mes réflexions, lectures et interrogations. Annick Bureaud


  • Des paillettes pour un saumon

    Mercredi 17 mai 2017



    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet,
    Waag Society,
    Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Alex May)
    En ce joli week end de mai, j'avais hâte que le Thalys arrive à Amsterdam. Un peu pour m'extraire de la bande de jeunes femmes bruyantes en virée entre copines qui occupaient le wagon ; beaucoup pour, enfin, "voir en vrai" une performance de Kira O'Reilly associée à Jennifer Willet http://www.jenniferwillet.com/ et me confronter à la question éthique qu'elles allaient poser et dont je ne savais pas grand-chose pour ne pas dire rien.

    Cette session de Trust Me, I'm An Artist s'est apparenté à des poupées russes, emboîtant projets, actions et formats au sein d'une même soirée. Le principe de base de Trust Me, I'm An Artist est qu'un(e) artiste expose un projet soulevant des questions éthiques devant un comité d'éthique qui rend des recommandations. Afin d'éclairer le comité (et le public), il/elle le recontextualise au regard de ses créations antérieures. Parallèlement l'artiste présente une performance ou une installation, mais dans un autre espace-temps.



    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)

    Avec Be-wildering, Kira O'Reilly et Jennifer Willet ont combiné les divers éléments en un seul : la présentation devant le comité fut scénographiée comme une performance incluant une sorte de "trailer" (performance dans la performance) de ce que les artistes veulent faire et donc des projets soumis au comité d'éthique.

    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)

    Vêtue d'une longue robe à paillettes verte et portant une coiffe à plumes de la même couleur, Kira O'Reilly fit son apparition la première dans le Theatrum Anatomicum dans le bâtiment de la Waag, suivie par Jennifer Willet portant une blouse de laboratoire modifiée, rehaussée de dentelles et sertie de boules de verre comme autant de boîtes de pétri sphériques, évoquant les scientifiques des siècles passés, quand s'élaborait la science positiviste.

    Tout en préparant les ingrédients pour la "performance dans la performance", les artistes ont déroulé leurs parcours, questionné les bases même de l'éthique et des comités d'éthique en science et en art et leur contingence, discuté cette notion de confiance qui constitue le titre même du projet.

    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)


    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)

    Jennifer Willet fit un prélèvement sur le nez de Kira O'Reilly qu'elle recueillit dans l'une des sphères de son costume-blouse de laboratoire.

    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)

    Puis Kira O'Reilly disposa un tas de terre sur le parquet sur lequel elle déversa, dans une image saisissante, un flot scintillant de paillettes. Après avoir mélangé le tout, elle y déposa, cérémonieusement, le corps mort d'un saumon dont elle recouvrit les bords du ventre et la bouche de paillettes.

    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)


    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)


    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)


    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)


    Be-wildering, Kira O'Reilly & Jennifer Willet, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)

    Les deux artistes exposèrent alors leurs projets à venir :

  • Jennifer Willet entend porter, au Canada où elle réside, une blouse de laboratoire pendant un an, sans la laver, dans divers endroits -divers laboratoires, mais aussi au club de gym ou chez elle- avant de l'emporter en Finlande pour un projet commun avec Kira O'Reilly. La blouse accumule ainsi les micro-organismes en opposition totale avec la règle de base qui veut qu'une blouse de laboratoire est faite ... pour le laboratoire, ne peut en sortir qu'ayant été lavée et stérilisée. Ce faisant, Willet veut attirer l'attention sur le fait que les règles ne sont pas toujours respectées par ceux-là même qui les édictent (combien de personnes se "baladent" avec leur blouse hors des labos ou utilisent dans ceux-ci des objets non stériles à commencer par leur téléphone portable ?) mais également ouvrir la discussion sur les vecteurs de contamination.
  • Kira O'Reilly va faire une performance fin mai avec un saumon, similaire à ce qu'elle fit dans le Theatrum Anatomicum, dans une forêt en Finlande. Elle souligne que la forêt est une forêt "aménagée", autant artificielle (a construct) qu'elle-même peut l'être dans son fourreau vert. Elle entend en outre recouvrir un arbre entier de paillettes, soulevant des questions de pollution aux matières plastiques.
    Les deux artistes mettent à la question les règles de non contamination entre zones géographiques, la propagation d'espèces invasives, la notion même de nature sauvage et le rôle et la place de l'humain dans ces processus, son mode même d'existence.

    La conclusion du comité d'éthique fut que les deux projets ne présentaient pas de risques majeurs mais que les artistes avaient fourni trop peu d'éléments pour permettre une évaluation correcte. Le comité se proposait donc de les accompagner dans leur mise en œuvre afin d'en limiter les risques tout en permettant leur réalisation.


    Le comité nota que l'ensemble de la soirée avait été une mise en scène moqueuse et critique -mais brillante- des procédures, des méthodes et du déroulement d'une soumission normale de projet auprès d'un comité d'éthique.

    Le titre du projet, "Be-wildering", du moins tel que je le comprends, est un jeu de langage entre "bewildering" qui signifie "déroutant", "déconcertant" et la référence à un "devenir sauvage", à une injonction à "ensauvager", à la transgression de l'affranchissement des règles, et à l'impossibilité même de l'existence d'un "sauvage". Si la performance aurait gagné à être un peu plus resserrée, déroutante, ou plus exactement troublante, elle le fut par son association d'images fortes et dialectiquement opposées : théâtralité de la mise en scène mais dialogues quasi à bâtons rompus entre artistes élaborant un projet commun et échangeant leurs idées ; ambiguïté sexuelle à travers les costumes ; présentations théoriques et intellectuelles formelles et actions artistiques ; artificialité des paillettes et (pseudo) naturalité de la terre et du saumon.




    Le comité d'éthique, Waag Society, Amsterdam, 12 mai 2017
    (photo Annick Bureaud)

    Restent les questions éthiques.
    Je n'ai pas de compétences me permettant de juger du risque que prend ou que fait courir Jennifer Willet en trimballant sa blouse, de laboratoires en lieux privés ou publics. Je ne peux que raisonnablement penser qu'elle ne récoltera guère plus d'agents pathogènes dans les laboratoires auxquels elle aura accès qu'un voyageur dans le métro parisien aux heures de pointe.
    Le saumon porté à travers un bois depuis l'escalier à saumons d'un barrage ou l'arbre recouvert de paillettes seront de toute évidence spectaculaires et saisissants mais seront-ils plus percutants, plus bouleversants que la performance que fit O'Reilly à l'intérieur, dans le Theatrum Anatomicum ? La question de la pollution dans la forêt apparaît comme quasi marginale puisque, de toute façon, même réalisée en intérieur, les paillettes utilisées rejoindront les égouts, il ne reste que celle d'aller "ennuyer" (une fois de plus) un arbre.
    Dans les deux cas, la question, pour moi, est plutôt celle de la nécessité d'un autre type de "passage à l'acte" qui serait plus transgressif et éthiquement questionnable qu'une performance dans un lieu culturel clôt. La performance Be-wildering telle qu'elle s'est déroulée à Amsterdam incluait déjà ces actions-limites : Willet de facto, a commencé son projet en recueillant des échantillons dans les bulles de son costume. Comme les paillettes qui s'insinuent partout, qui collent à la peau, elles agissent comme des virus contaminateurs d'idées. "Ça" mature, "ça" évolue et "ça" questionne. Cela me suffirait. J'aurais aimé, en revanche, que fut discuté l'aspect géo-culturel de ces projets qui s'inscrivent dans une histoire artistique, culturelle, philosophique et théorique occidentale.


    Comité d'éthique
    Dr. Ellen ter Gast, biologiste, philosophe et enseignante ; Dr. Sabine Roeser, professeure d'éthique à l'Université de Technologie de Delft ; Dr. Toby Kiers, professeure d'Interactions Mutualistes au Département de Sciences Ecologiques, faculté des Sciences de la Vie et de la Terre à l'Université libre d'Amsterdam ; Chris Bisson, Directeur du développement du projet Eden et Karin Spaink, journaliste, auteure et féministe.



 
 


   






Creative Europe   Le projet Trust Me, I'm an Artist est soutenu financièrement par le programme Creative Europe de l'Union Européenne.

The Trust Me, I'm an Artist project is supported by funding from the Creative Europe Programme of the European Union.


Le ArtSciLab du département ATEC de l'Université du Texas à Dallas soutient et participe à Trust Me, I'm an Artist par le biais des projets de publication expérimentale des Leonardo Initiatives qui incluent la chaîne Meta-Life sur la plateforme Creative Disturbance associée à Audiolats ainsi que le site web du projet Meta-Life.

The UT Dallas ATEC ArtSciLab supports and participates in the Trust Me, I'm an Artist project through the Leonardo Initiatives projects in Experimental Publishing including the Creative Disturbance platform channel on art and biology associated to Audiolats and the Meta-Life project website.



[ S'informer ]   [ Recherche ]    [ Commander ]    [ Statistiques ]    [ Accueil ]


Copyright Association Leonardo/OLATS © 1997
pour toute re-publication de cette page, merci de contacter Annick Bureaud <info@olats.org>
pour les problèmes concernant le site, notre webmaster <webmaster@olats.org>
Leonardo is a federally registered trademark of Leonardo/ISAST -
Leonardo est une marque déposée de Leonardo/ISAST, selon la loi fédérale des Etats-Unis d'Amérique.